Une épistémologie de l’éditorialisation | Gérard Wormser

En 2014, dans une courte vidéo de la collection Parcours Numériques, Gérard Wormser revendiquait le terme d’éditorialisation comme concept indicateur d’une constellation de liens vers des textes provisoires – chaînons de processus intellectuels dynamiques en réseau. En permanence reconstruits et déconstruits, ces fragments – un temps figés pour être lus, vus ou sus – sont comme la trace d’une particule mesurée par le physicien qui sait très bien, ce faisant, qu’il n’arrêtera pas la lumière. En 2018, le philosophe s’attache à assumer le concept ou une théorie l’éditorialisation, dans un exercice difficile de réduction d’un discours à une forme contrainte.

Les mots en « c » parcourent la journée : collectif, consensuel, critique, construction (sous la forme d’une sédimentation), créatif, central, contour… Si les propos introductifs posent des éléments conclusifs d’apports pluridisciplinaires d’une théorie de l’éditorialisation – instrumentorium dont nous avons l’usage, le philosophe s’attache aussi à questionner la mise à distance, les marges, le tempo et les non-espaces de l’échange communicationnel et ainsi tenter de réduire la métaphore pour pouvoir « penser » quelque chose de l’ordre de l’interdisciplinarité.

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...