Note de lecture : Souchier, Emmanuël. 1998. « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Les cahiers de médiologie 6 (2): 137 145.

Cette note de lecture est proposée par Ingrid Mayeur, doctorante à l’université de Liège, dans le cadre de la journée d’étude dédiée, le 20 mars 2018, « Les humanités numériques : un question éditoriale ? ».  Elle est aussi publiée sur son blog de recherche : https://driv.hypotheses.org/

Par le concept d’énonciation éditoriale, Emmanüel Souchier a porté l’attention sur la composante matérielle du texte, souvent naturalisée en raison d’une prétendue évidence, et délaissée au profit de sa composante langagière. Son article « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale », publié en 1998, apparaît comme une première synthèse permettant de définir la notion : nous proposons ici une brève lecture d’un texte déjà bien connu.

Selon Emmanüel Souchier, « [l]’énonciation éditoriale est médiatrice en ce qu’elle se propose de questionner les instances de savoir et d’énonciation qui parlent à travers le discours de l’autre » (p. 137). Ce faisant, elle « trans-forme » (p. 138) le texte : sa « livrée graphique » (Ibid.) est en effet une condition indispensable de sa réception, par les modèles culturels qu’elle convoque et qui font sens aux yeux du lecteur. Emmanüel Souchier cite à cet égard l’exemple des Exercices de style de Raymond Queneau, dont les matérialités successives dotent un texte pourtant inchangé de significations diverses : prise de position politique (lors de sa publication sous l’Occupation) ou littéraire (par son inscription dans le mouvement Oulipo). En revanche, dans Cent mille milliards de poèmes, la matérialité de l’œuvre intervient directement sur la combinatoire des éléments linguistiques.

Cent mille milliards de poèmes, Raymond Queneau, Crédits photo : Fondation Martin Bodmer et Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Exposition « Le lecteur à l’oeuvre », 2013

L’auteur relève deux caractéristiques principales de l’énonciation éditoriale, que sont « la pluralité des instances d’énonciation intervenant dans la constitution du texte » (p. 140) ainsi que son invisibilité relative, résultant de son omniprésence, son appartenance à ce que Georges Perec a nommé l’infra-ordinaire – invisibilité qui fonde également son pouvoir sur le texte (p. 141). L’étude de l’énonciation éditoriale permet de signaler la polyphonie textuelle (p. 141) : tout texte est en effet la résultante des actions d’intervenants divers – que l’on ne saurait réduire au seul auteur : typographe, éditeur, illustrateur, etc. Ils y impriment des marques d’énonciation éditoriale qui « façonnent et constituent l’identité du texte », « déterminent donc les conditions de sa réception » (p. 142).

Emmanuël Souchier se questionne alors sur l’emploi éventuellement abusif du terme « énonciation » pour des questions visuelles (p. 143) : les études linguistiques lient en effet l’énonciation à un acte individuel d’utilisation de la langue par un sujet donné (Benveniste 1966). S’agit-il bien ici d’énoncés ? L’auteur remet en cause l’artificialité d’un découpage disciplinaire qui mènerait à dissocier l’énoncé des « conditions matérielles de production et d’existence du texte écrit » (p. 144), et plaide pour l’intégration de la pluralité des champs sémiotiques qu’engage le processus énonciatif. Emmanuël Souchier, reprenant à son compte une distinction de Barthes, définit ainsi l’énonciation éditoriale comme  « un “texte second” dont le signifiant n’est pas constitué par les mots de la langue, mais par la matérialité du support et de l’écriture, l’organisation du texte, sa mise en forme, bref par tout ce qui en fait l’existence matérielle. Ce “signifiant” constitue et réalise le “texte premier” » (Ibid.) – soit, celui de l’auteur principal. On voit dès lors comment l’énonciation éditoriale peut compter dans l’autorité conférée au texte (par la publication sur tel ou tel support, dans tel ou tel média, etc.), et se trouver mêlée à des enjeux de pouvoir. L’énonciation éditoriale d’un texte se révèle ainsi non seulement la condition de sa lisibilité comme activité de lecture (p. 145) mais également de légitimité par la mise en forme du texte qui le situe dans une histoire culturelle.

Il serait inexact d’inférer trop rapidement que les sciences du langage ne se sont jamais intéressées à la nature formelle du texte. Le concept de paratexte élaboré par Genette (Genette 1987) désigne ainsi les productions verbales accompagnant le texte, participant de sa contextualisation et de sa structuration, y compris matérielle (titre, alinéas, etc.). Les Sciences de l’Information et de la Communication (désormais SIC) ont préféré le délaisser, en ce qu’il ne proposerait qu’une version appauvrie de l’énonciation éditoriale (Jeanneret 2014, 123, 137), arguant par ailleurs qu’il n’y aurait de matériaux que textuels. Dans cette perspective, le paratexte doit être considéré comme partie intégrante du texte, non un simple « à côté ». L’apport d’Emmanüel Souchier est de placer la focale sur l’aspect (typo)graphique, visuel du texte écrit, et sur l’organisation concrète du texte comme produit culturel lié à un contexte social.

Il faut encore noter que le concept d’énonciation éditoriale possède en réalité un pendant en sciences du langage : bien qu’il soit essentiellement connu à travers le travail d’Emmanuël Souchier dont nous faisons état, la notion semble avoir été élaborée au sein d’une recherche interdisciplinaire collective et la paternité en reviendrait également au sémiolinguiste Marc Arabyan. Après avoir dans un premier temps délaissé l’usage de la notion dans ses recherches, ce dernier en a fait l’objet d’un numéro de la revue Semen en 2016 (Arabyan 2016b). Il distingue ainsi la conception de l’énonciation éditoriale des SIC de celle des linguistes et analystes du discours :

La première [conception] émane des sciences de l’information-communication; tenant le texte pour acquis, elle étudie essentiellement la projection extralinguistique du livre dans son environnement économique, politique, social et culturel. Pour les tenants de ce point de vue, l’énonciation éditoriale relève de la transformation du texte en livre. […]. Pour les tenants du second, l’énonciation éditoriale relève de la mise en mots: elle est la part d’édition que l’auteur incorpore à sa façon d’écrire (au rythme de ses mots, de ses phrases, de ses paragraphes) pour anticiper sur la lecture de l’œuvre. (Arabyan 2016a, 8‑9)

L’énonciation éditoriale est alors définie comme « la synthèse des traces de l’édition du livre sur l’œuvre publiée et des traces de l’anticipation par l’auteur des formes de l’édition » (Ibid., 21)[1]. Selon Arabyan toujours, les SIC, influencées par les théories de la réception, s’intéresseraient davantage à l’effet des formes sur le lecteur ; tandis que les sciences du langage mettraient plutôt l’accent sur les contraintes formelles d’écriture. Il nous semble toutefois que la première acception est également opératoire en pôle production, en ce qu’elle entérine des usages en cours dans un environnement socio-culturel donné afin d’anticiper des pratiques (sans garantir toutefois leur effectivité).

La question des énonciateurs multiples intervenant dans un texte a également été traitée dans les sciences du langage, par les notions de polyphonie (les travaux d’Alain Rabatel, poursuivant ceux d’Oswald Ducrot, établissent une disjonction entre les rôles de locuteur et d’énonciateur (Rabatel 2008a, 2008b)) et de dialogisme (Volochinov 2010), qui consacre le fait que tout texte est toujours porteur d’un déjà-dit, reprend des énoncés antérieurs par rapport auxquels il se positionne (Scarpa s. d.). Emmanüel Souchier entend toutefois prendre distance avec le logocentrisme de la culture occidentale en rappelant que sans support, point d’écriture et, partant, point de texte : les énonciateurs multiples sont donc à chercher également dans les métiers qui participent à l’organisation du le matériau textuel. La polyphonie qu’il envisage dépasse alors celle des voix linguistiques pour rendre compte d’une pluralité d’intervenants contribuant à la mise en forme du texte.

Cette attention portée aux modes d’organisation du texte, en lien avec un support matériel et les usages qu’il commande, signale l’influence d’études issues du domaine de la bibliographie matérielle[2]. Roger Chartier, comme traducteur de Donald F. McKenzie (McKenzie 1991),  insiste en effet sur la nécessité de penser la relation entre forme textuelle et création de sens. L’interprétation d’un texte doit alors être mise en relation avec sa matérialité : « Un texte (ici dans la définition classique) est toujours inscrit dans une matérialité: celle de l’objet écrit qui le porte, celle de la voix qui le lit ou le récite, celle de la représentation qui le donne à entendre. » (Chartier 1991, 7).

La force et l’opérativité de la notion d’énonciation éditoriale telle que forgée par Emmanüel Souchier réside en cette prise en compte des énonciateurs multiples, ainsi que des rapports de pouvoirs qu’ils instaurent en investissant des formes culturelles ancrée dans une mémoire sociale. Elle permet de rendre compte de phénomènes liés au texte imprimé, mais trouve également à s’appliquer aux écrits d’écran (Souchier 1996; Jeanneret et Souchier 2005) avec leur matérialité particulière d’interface lumineuse, affichant différents cadres visuels entre lesquels le lecteur peut circuler en activant des  signes-passeurs (Davallon et al. 2013), et dont les architextes informatisés ajoutent encore à la pluralité des instances énonciatives. La notion permet ainsi de replacer l’étude de l’image du texte dans une continuité et met en évidence la persistance de formes culturelles antérieures (celle de la page, par exemple) dans les formes textuelles en ligne.

[1] Dans la même livraison, Bikialo (Bikialo 2016) établit assez judicieusement un lien entre l’énonciation éditoriale au sens d’Arabyan, et la notion de poétique du support issue des travaux de Thérenty sur la presse quotidienne (Thérenty 2010).

[2] Pour une approche plus détaillée de la filiation entre bibliographie matérielle et étude du numérique par les SIC, on se reportera à l’article de Jahjah, « De la bibliographie matérielle aux « Digital Studies » ? » (Jahjah 2016).